CONAPAC et ANAPEX pour une collaboration en faveur des producteurs et exportateurs congolais

Ce mardi 26 avril 2022, la Confédération nationale des producteurs agricoles du Congo (CONAPAC) a reçu la visite de l’Agence nationale de promotion des exportations (ANAPEX). Cette délégation était composée de trois membres experts à la Direction « Développement et Assistance Technique », M. Rey M’Sewa, Mme Marka Mondonge, et M. Toussaint Andenayo.

En dépit de l’absence du secrétaire exécutif et du chargé de programmes de la CONAPAC, MM. Freddy Mumba et Simplexe Malembe, tous deux en mission dans la ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, la délégation de l’ANAPEX a échangé avec le chargé de communication de cette faitière des producteurs agricoles du pays, M. Emmanuel Kokolo. Le but de cette visite était de savoir dans quelles provinces la CONAPAC encadre les agriculteurs qui produisent le cacao, le café, le quinquina, la vanille, etc., qui sont des produits d’exportation.

Prenant la parole, M. Kokolo a d’abord présenté la CONAPAC et ses missions en insistant sur le fait que la CONAPAC est bien présente dans dix-sept provinces de la RDC, et que ce processus de structuration est en cours avec l’objectif de couvrir tout le territoire national. Il a présenté quelques réalisations et quelques sujets de plaidoyer que mène actuellement son organisation.

Répondant aux préoccupations de l’ANAPEX, le chargé de communication de la CONAPAC a indiqué qu’effectivement cette faitière nationale des producteurs agricoles en RDC encadre ses membres caféiculteurs qui évoluent dans la zone Est, précisément dans la province Nord-Kivu, mais aussi dans les provinces du Nord et Sud-Ubangi (grand Equateur).

Quant au cacao, Emmanuel Kokolo a parlé de la zone du Bas-Fleuve où existent des coopératives, membres de la CONAPAC. Au niveau de la province de Mai-Ndombe également, la production cacaoyère est en pleine évolution grâce à l’encadrement des Ongs partenaires de la CONAPAC, a-t-il souligné également.

Et à M. Kokolo de souligner que pour mieux cartographier les différents bassins de production agricole, la CONAPAC se propose de structurer son mouvement en zones écologiques de manière à avoir une maitrise sur les différentes spéculations et faciliter ainsi la collaboration entre elle et des organismes comme ANAPEX.

Ayant suivi les explications de la CONAPAC, la délégation de l’ANAPEX a évoqué le bien-fondé d’une collaboration entre ces deux structures (CONAPAC et ANAPEX), ce, en citant quelques exemples de plaidoyer et de formation en faveur des producteurs et exportateurs congolais.

À l’issue d’un échange fort enrichissant, la délégation de l’ANAPEX a souhaité obtenir de la CONAPAC quelques documents importants. Parmi lesquels, le répertoire des producteurs de café et de cacao, membres de la COINAPAC ; des documents sur le plaidoyer en rapport avec le café et le cacao ; quelques rapports et documents de plaidoyer au bénéfice des exploitants agricoles, etc.

A la fin, les deux parties se sont félicités de l’effectivité de cette passerelle de collaboration qui n’a qu’une seule ambition, celle de permettre à la RDC de redonner un label de performance à son immense production agricole.

Signalons qu’auparavant, en réaction au mot de bienvenue de la CONAPAC, M. Rey M’Sewa a, d’entrée de jeu, fait une brève présentation de l’ANAPEX et de sa vision qui est celle de mettre en relation les producteurs agricoles et les exportateurs. Ce, afin de relever le taux des exportations des produits agricoles (encore très faible avec 3%) et aussi de renverser la tendance par rapport au minier (97%).

Cette vision devra aboutir à une « labélisation » des produits « made in Congo » à travers le monde.

(Visited 1 times, 1 visits today)

Leave A Comment