Des résultats à mi-parcours du PASA-NK globalement satisfaisants

Le directeur-pays du Fonds international pour le développement de l’agriculture(FIDA) en République démocratique du Congo, Dr Valentine Achancho, a jugé satisfaisants les résultats d’exécution  mi-parcours du Projet d’appui au secteur agricole au Nord-Kivu (PASA NK), à  trois ans et demi de son exécution dans les territoires de Béni, Lubero, Rutshuru, Nyiragongo et Masisi.

« À mi-parcours les résultats du projet d’appui au secteur agricole au Nord-Kivu sont globalement satisfaisants. Le projet avance vers l’atteinte de ses objectifs et il n’y a pas de grands incidents majeurs malgré le fait que le projet s’est mis en place dans un contexte particulièrement difficile », a signifié ce haut-cadre du FIDA en RDC qui s’exprimait au terme des 21 jours d’une mission de supervision mixte. Lequel a permis aux parties prenantes d’apprécier les réalisations atteintes à trois ans  et demi d’exécution de ce projet qui vise l’amélioration du rendement de la production pour près de 28.000 bénéficiaires à la base.

Dr Achancho a reconnu qu’avec le PASA-NK, au niveau du producteur à la base, une augmentation sensible de la production du maïs a été enregistrée passant de 1500kg à plus de 4000kg à l’hectare. Avec les variétés diversifiées de la semence de la pomme de terre, le rendement est largement positif de même que pour le riz et le café, les quatre filières soutenues par ce projet. Il a néanmoins noté des points pour lesquels une réorientation s’avère nécessaire pour une évolution harmonieuse du projet très apprécié par les bénéficiaires à la base.

Pour sa part, le coordonnateur national ad intérimaire du PASA-NK, Daniel Bunambo, a également exprimé sa satisfaction par le fait qu’au terme de cette évaluation à mi-chemin, l’option de la poursuite des activités ont prédominé les impressions des uns et des autres. « Nous sommes satisfaits puisque la mission a conclu que le Projet va continuer », s’est-t-il réjoui tout en saluant la rallonge des deux ans de retard enregistrés au lancement effectif des activités.

Les 17000 bénéficiaires ont été appuyés en intrants, en engrais et en semences en plus de la formation et la connexion au marché pour une commercialisation rentable de la production, a assuré en substances le coordonnateur intérimaire du PASA-NK pour qui les résultats atteints font été d’un accroissement notable des revenus au sein des ménages bénéficiaires.

Le territoire de Walikale intégré

Au terme de cette mission d’évaluation, le directeur-pays du FIDA en RDC a annoncé l’intégration du territoire de Walikale dans le projet, s’ajoutant ainsi aux cinq entités bénéficiaires, entre autres Beni, Lubero, Rutshuru, Nyiragongo et Masisi. Cette intégration du territoire de Walikale constitue une réponse à la demande maintes fois exprimées par les agriculteurs familiaux de cette contrée aux potentialités agropastorales énormes.

Des appuis à la production dans la filière riz, l’accès aux semences ainsi qu’aux techniques agricoles ainsi que la construction des ouvrages de collectes des produits agricoles et la formation des paysans sont les axes sur lesquels va se focaliser cette intégration de Walikale où le PASA-NK envisage également des interventions ponctuelles au niveau des points critiques dans le cadre de la maintenance des voies d’évacuation (les routes).

Pour rappel, conçu au profit de 28.000 bénéficiaires, le Projet d’appui au secteur agricole dans la province du Nord-Kivu (PASA-NK) vise l’amélioration durable de la sécurité alimentaire de même que les  revenus des ménages qui en sont bénéficiaires, avec un accent sur le développement de la productivité et de la rentabilité des quatre cultures ciblées, à savoir la pomme de terre, le maïs, le riz et le  café arabica.

Ce projet est cofinancé par le Fonds international pour le développement de l’agriculture (FIDA), le Gouvernement de la RDC et le Fonds international de l’Organisation des pays producteurs du pétrole (OPP) pour le développement.

(Visited 1 times, 1 visits today)

Leave A Comment