Juvénal Munganga : « l’occupation du couloir écologique du PNKB par des fermiers obstrue le développement de ce parc »

Comme d’aucuns ne l’ignorent, le Parc national de Kahuzi-Biega (PNKB), avec ses 6.000 km² de superficie, est situé à l’ouest du lac Kivu près de Bukavu, principalement dans la province du Sud-Kivu mais aussi au Nord-Kivu et au Maniema avec sa partie septentrionale. Créé en 1970, le PNKB est inscrit depuis 1980 dans le patrimoine mondial de l’UNESCO. Il regorge des gorilles de Grauer, une espèce protégée mais quelque fois menacée.

Cependant, le couloir écologique de ce parc, qui est un espace d’une dizaine des kilomètres, est sous occupation des fermiers. Ce, depuis une dizaine d’années. Cette situation constitue un obstacle sérieux qui pèse gravement sur le développement du Parc national de Kahuzi-Biega.

C’est ce qu’a appris la presse auprès du délégué aux visites du PNKB, M. Juvénal Munganga, à l’issue d’une visite du parc la semaine dernière. Il est revenu sur l’importance de ce couloir écologique du parc de Kahuzi-Biega, qui malheureusement aujourd’hui est non-opérationnel.

« Ce couloir permettait aux animaux de quitter la partie haute vers la partie basse et vice-versa. Ce qu’on ne vit plus aujourd’hui. Différentes espèces d’animaux ont été obligées de rester soit dans la partie haute ou la basse. Une pratique qui joue au blocage pour le développement du Parc », a-t-il souligné.

À Juvénal Munganga d’ajouter : « Ça impacte sur le plan écologique, ça impacte beaucoup plus parce que ça perturbe le mouvement des espèces. Le temps avant occupation du couloir, il y avait transition des espèces qui pouvaient quitter la partie basse à la partie haute. Mais dès qu’il y a eu occupation de la partie, il y a eu déforestation de la partie, le mouvement a totalement coupé des espèces ».

Et de renchérir, « Le parc n’est pas seulement pour les agents du Parc mais c’est pour le bien des communautés. Nous sommes site du Patrimoine mondial, ce n’est plus pour la nation congolaise seulement mais c’est pour toute l’humanité qui en bénéficie, c’est pourquoi ce n’est pas seulement nous PNKB qui doivent faire le lobbying de la protection mais aussi à l’échelle internationale, ils doivent aussi nous aider à protéger ces ressources naturelles ».

À en croire ce délégué aux visites du PNKB, déjà plusieurs dialogues ont été entrepris mais jusque-là les résultats ne sont pas probants, la balle serait toujours dans le camp du Gouvernement de la République. « On a déjà procédé à des dialogues, on a déjà procédé à des lobbying pour que la partie soit libérée mais le gouvernement maîtrise ce problème, nous savons bien qu’il va le prendre en charge », a-t-il expliqué.

À savoir, le couloir écologique est cet espace qui relie les deux parties du PNKB. Depuis plusieurs mois, des plaidoyers sont menés pour l’évacuation des fermiers. En 2020, le PNKB avait annoncé qu’un grand espace occupé par les fermiers était déjà libérés.

(Visited 1 times, 1 visits today)

Leave A Comment