La milice des ADF tue plus d’une douzaine d’attaques près de Beni

Plus d’une douzaine de personnes ont été tuées dans deux attaques près de Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, imputées au groupe islamiste ADF, ont indiqué dimanche des sources locales.

Tard samedi, un premier assaut a tué sept personnes, a déclaré l’administrateur territorial Donat Kibwana ajoutant que « l’attaque a eu lieu à 23 heures et il s’agissait des ADF ».

Kibwana a déclaré que le bilan était encore provisoire et que l’attaque avait eu lieu à Kisima.

Un deuxième assaut a eu lieu tôt dimanche près d’Oicha, dans la même région que Beni, où les autorités locales et d’autres sources ont déclaré que six personnes étaient décédées.

L’ADF est l’une des plus de 100 milices qui sévissent dans les provinces orientales de la vaste RD Congo.

Le groupe a tué plus de 640 civils depuis que l’armée a lancé une répression contre lui en novembre dernier, selon un décompte non officiel.

Les ADF n’ont jamais revendiqué la responsabilité d’attaques. Mais depuis avril 2019, plusieurs de ses agressions ont été revendiquées par la soi-disant Province d’Afrique centrale de l’État islamique, qui a parfois commis des erreurs factuelles dans ses déclarations.

Au total, 2127 personnes sont mortes dans l’est depuis l’investiture du président Félix Tshisekedi en janvier 2019, selon une estimation fin octobre par des experts du Kivu Security Tracker (KST).

C’est plus que pendant les 20 années où son prédécesseur Joseph Kabila était au pouvoir, au cours desquelles 1 553 civils auraient été tués, selon le KST.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *