La RDC et la BAD d’accord pour investir dans l’agriculture

La Banque africaine de développement  (BAD) a hâte d’investir dans la chaîne des valeurs agricoles en République démocratique du Congo. Ce, à travers des mesures urgentes qui seront prises pour fluidifier les opérations sur le terrain. Très concrètement, cet investissement dans la chaîne des valeurs agroalimentaires se fera sur base d’un projet réunissant des producteurs, des transformateurs, des spécialistes, des entreprises des services alimentaires, des groupes de recherche, et des fournisseurs, essentiellement dans le but d’impulser le développement pour l’amélioration des conditions sociales des communautés.

En tout c’est ce qui est ressorti de l’entrevue que le ministre congolais des Finances, M. Nicolas Kazadi, a accordée en juillet dernier au nouveau représentant résident de la BAD en RDC, M. Solomane Kone, qui est en même temps directeur général adjoint de cette institution financière pour l’Afrique centrale. Au cours de laquelle, les aspects stratégiques et opérationnels de 34 projets prioritaires axés sur plusieurs secteurs en RDC, mis en œuvre par le gouvernement congolais et la BAD, ont été passés au crible.

Pour plus de pragmatisme, cette réunion s’est focalisée sur quelques secteurs spécifiques dans le but d’accélérer la croissance économique en RDC, en l’occurrence, l’agriculture, les infrastructures, la bonne gouvernance…, la liste n’est pas exhaustive. Les autres projets parmi les 34 sus-évoqués font partie intégrante d’une approche globale que les experts des deux parties devraient présenter à l’issue des discussions, en prévision de leur implémentation effective.

Pour le représentant résident de la BAD, les investissements importants dans les chaînes des valeurs agricoles, et la mécanisation de l’agriculture vont indiscutablement créer une croissance inclusive. A ce titre, une restauration de la confiance tous azimuts est envisagée entre les différents acteurs impliqués, la population y comprise, et par ricochet celle des investisseurs extérieurs.

Satisfécit de la BAD pour la bonne gouvernance en RDC

Un autre secteur qui était examiné dans cet entretien c’est celui des infrastructures. Ces dernières, a souligné la cellule de communication du Ministère des Finances, portent sur une appréhension perpendiculaire, car elles touchent à plusieurs secteurs soumis aux crédos des politiques qui s’y rattachent, en vue de booster le processus du développement pérenne. Dans un contexte de mondialisation sous-tendue par une mutualisation des énergies, poursuit la même source, ce travail exige une orientation vers l’intégration régionale afin de faciliter les échanges aussi bien au niveau culturel, commercial, que financier.

Quant à la question liée à la bonne gouvernance, à en croire la source du Ministère des Finances, le directeur général adjoint de la BAD pour l’Afrique centrale avait exprimé un sentiment de satisfaction en raison de la capacité du gouvernement actuel à gérer efficacement ses ressources et à mettre en œuvre des politiques pertinentes. Ce, dans le respect des engagements pris avec les citoyens, et celui des principes démocratiques, a martelé le représentant résident de la BAD en RDC selon la dépêche nous parvenue, en fonction des assurances obtenues au cours des discussions avec l’argentier national.

Au demeurant, a conclu cette même dépêche de la cellule de communication du Ministère des Finances, la bonne gouvernance constitue le vrai fondement en tant que valeur cardinale pour les nations modernes, permettant d’envisager des progrès significatifs en faveur des populations. A ce sujet, la RDC est censée emboîter le pas, sachant que la bonne gouvernance est un enjeu incontournable pour son essor.

(Visited 2 times, 1 visits today)

Leave A Comment