RDC : Après adhésion à la DNUAF, il faut un plan d’action national de la Décennie de l’agriculture familiale

La faim a gagné du terrain dans le monde. Les systèmes alimentaires existants ne permettent plus de nourrir correctement et durablement des milliards de personnes habitant la planète Terre. Face à ce constat, il était impératif de modifier la façon dont les hommes produisent, transforment et consomment les aliments.

Raison pour laquelle, les Nations Unies ont pensé d’organiser un sommet virtuel consacré aux systèmes alimentaires. Lequel était convoqué par son secrétaire général, António Guterres, le mardi 23 septembre 2021. S’adressant à tous les habitants de la planète, ce sommet était organisé dans le cadre de la Décennie d’action pour réaliser les Objectifs de développement durable (ODD) d’ici à 2030.

Annoncé par le chef de l’ONU lors de la Journée mondiale de l’alimentation en octobre 2019, ce sommet se voulait également porteur de solutions, exigeant ainsi à tout un chacun de prendre des mesures conséquentes pour transformer les systèmes alimentaires mondiaux. Il avait pour objectif de lancer de nouvelles mesures pour progresser dans la réalisation des ODD. Lesquelles mesures dépendent tous à des degrés divers de la mise en place des systèmes alimentaires plus sains, plus durables et équitables.

Ainsi donc, lors de ce sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires, le mardi 23 septembre dernier, le Président Félix Tshisekedi dans son intervention avait officiellement confirmé l’adhésion de la République démocratique Congo à la Décennie des Nations Unies (N.U) pour l’agriculture familiale (DNUAF). Cette déclaration officielle du Chef de l’État avait suscité beaucoup d’espoirs dans le camp des défenseurs de l’agriculture familiale en RD Congo.

En prime, le Comité national pour la promotion de l’agriculture familiale (CNPAF-RDC), plateforme qui réunit les trois principales faitières nationales des producteurs agricoles en RDC. Il s’agit de la CONAPAC (Confédération nationale des producteurs agricoles du Congo) ; de l’UNAGRICO (Union des agriculteurs, éleveurs et pêcheurs du Congo) ; et de la COPACO (Confédération paysanne du Congo). À côté de ces trois faitières, le CNPAF compte également en son sein d’autres organisations spécialisées de la Société civile congolaise (INADES, CENADEP, ONG).

Pour cette plateforme, le CNPAF, après cette adhésion de la RDC à la DNUAF, la prochaine étape consiste à l’élaboration du Plan d’action national de la Décennie de l’agriculture familiale et la mobilisation des moyens pour sa mise en œuvre. Et il estime que l’élaboration de ce plan d’action national devra être un processus participatif et multi-acteur qui doit-être conduit par le Gouvernement de la République.

« Le CNPAF-RDC est prêt à participer à ce processus d’autant plus qu’il s’est déjà engagé à élaborer un draft du plan d’action national de la décennie. Il invite donc le Gouvernement national à prendre sans délai les dispositions utiles pour concrétiser l’annonce du Chef de l’État. Il appelle les agriculteurs familiaux à se mobiliser pour accompagner cette vision et faire de la décennie une opportunité pour transformer notre agriculture », indique un communiqué du CNPAF quant à ce.

(Visited 1 times, 1 visits today)

Leave A Comment