RDC : Félix Tshisekedi prône l’éclosion d’une filière agricole nationale

La communication du Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi lors de la quarante-cinquième réunion du Conseil des ministres qu’il a présidée en présentiel, ce vendredi 18 mars 2022, a porté sur quatre points. En premier lieux, il s’est exprimé sur la nécessité du soutien public pour l’émergence nationale d’une filière agricole, notamment, pour répondre à sa vision de la revanche du sol sur le sous-sol.

À cet effet, le Chef de l’État a invité le Gouvernement de la République à impulser et à coordonner la transformation des atouts naturels dont regorge le pays. Parmi lesquels, la disponibilité de 80 millions d’hectares de terres arables, une hydrographie dense pour ne citer que cela.

Selon le Président Tshisekedi, d’un point de vue régional, l’expérience avérée dans la production, en République démocratique du Congo, du riz, du manioc, des pommes de terre et du maïs, est un signe que ce défi peut être relevé. « Bien que la libre concurrence soit la règle qui prévaut dans notre système économique, le Chef de l’État a estimé que le Gouvernement peut orienter progressivement certains achats publics, notamment, ceux liés aux produits agricoles vers les producteurs agricoles locaux, avec comme objectif principal, l’atteinte d’une révolution agro-industrielle nationale », indique le compte-rendu de ce conseil des ministres.

Et d’ajouter : « Il va sans dire qu’il faut, d’une part, garantir à nos producteurs agricoles l’accès à des marchés publics qui devront, en avance, exprimer leurs besoins en termes de quantité́, de qualité́ et de conditionnement. D’autre part, pour favoriser l’éclosion d’une filière agricole nationale qui devra se professionnaliser afin d’améliorer la compétitivité de ses produits ».

Sous la coordination du Premier ministre, les ministres en charge de l’Agriculture, du Commerce extérieur, de l’Industrie, de l’Économie nationale, du Budget ainsi que des Finances ont été chargés de mettre en place une commission de travail. Lequel devra analyser la possibilité d’orienter, dès la fin de l’année en cours, les achats de colis de fin et de début d’année des produits alimentaires du Gouvernement ainsi que ceux de la Présidence de la République, vers les produits agricoles issus de la production locale.

Signalons en outre que les trois autres points abordés par le Président de la République ont concerné la redynamisation du transport maritime congolais ; la relance du transport fluvial ; la numérisation des entreprises du Portefeuille de l’État et paiement sécurisé des factures de la SNEL et de la Regideso.

(Visited 3 times, 1 visits today)

Leave A Comment