RDC : Félix Tshisekedi recommande la mise en œuvre de l’Agenda de transformation agricole

Dans sa communication lors de la quarante-septième réunion du Conseil des ministres du Gouvernement de la République qu’il a présidée le vendredi 1er avril courant en présentiel à la Cité de l’Union africaine à Kinshasa, le Président de la République Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, a également épinglé la question de l’Agenda de transformation agricole de la République démocratique du Congo. Lequel est sa propre initiative qu’il a lancée en début d’année en cours.

C’est pour faire face à la nécessité d’intégrer, dans la mise en œuvre des programmes agricoles lancés par le Gouvernement, les leçons des expériences antérieures. Ce, afin d’arriver à une réelle transformation qui devra se matérialiser par des résultats en termes de quantités produites, de qualité et de prix pour des populations consommatrices.

Ainsi, le chef de l’État a à cette occasion indiqué que le Plan de travail et budget annuel (PTBA) pour la première phase de ce programme a été élaboré à l’Institut international d’agriculture tropicale (IITA/Kalambo de Bukavu) du mercredi 23 au vendredi 25 février dernier. C’était à l’issue d’un atelier de planification ayant regroupé toutes les parties prenantes.

Selon les explications du Président Tshisekedi, huit (8) zones de développement agricole ont été sélectionnées pour cette première phase du programme, lequel met l’accent sur la relance de la filière semencière et sur la finalisation des projets inscrits dans le Programme volontaire agricole. Pour ce faire, indique le compte-rendu de cette 47ème réunion du Gouvernement de la République, les ministre d’État, ministres du Plan et du Budget, ainsi que les ministres des Finances, de l’Agriculture et de la Pêche et Élevage, chacun en ce qui le concerne, sous la coordination du Premier ministre, sont désormais chargés de veiller au bon déroulement de ce programme.

De la problématique de la gestion durable du secteur forestier

Dans cette même communication lors de ce même Conseil des ministres, le premier des Congolais a fait le constat que la gestion du secteur forestier congolais fait face à des défis structurels et organisationnels. C’est ainsi qu’il a rappelé aux membres du Gouvernement les engagements pris par la RD Congo lors de sa participation à la COP26 en novembre dernier à Glasgow, en vue de stopper et renverser la déforestation d’ici 2030.

Et il a indiqué que ces engagements devraient se traduire par la prise de mesures urgentes pour préserver et améliorer la performance du secteur forestier en RDC. En attendant la publication du rapport de l’Inspection générale des Finances sur la gestion de ce secteur, le Président de la République a encouragé Mme le vice-premier ministre, ministre de l’Environnement et Développement durable, Eve Bazaïba, à collaborer avec les ministères sectoriels et les Institutions impliqués dans la gouvernance climatique.

Mais aussi, à rédiger un rapport exhaustif sur l’état d’avancement du processus pays et à présenter, dans la quinzaine en Conseil des ministres, les défis et les prochaines étapes. Le chef de l’État a enfin insisté sur la nécessité de tout mettre en œuvre pour rassurer les partenaires publics et privés soucieux d’investir dans le secteur forestier, porteur du bien-être direct des populations.

(Visited 2 times, 1 visits today)

Leave A Comment