Session parlementaire de mars 2022 : l’état de mise en application de la Loi agricole parmi les 9 attentes de la Société civile

Dans un communiqué nous parvenu, le Cadre de concertation national de la Société civile (CCNSC-RDC) salue la rentrée parlementaire pour la session ordinaire de mars 2022, intervenue le mardi 15 mars courant, dans le respect de la date requise. À cet effet, le CCNSC-RDC rappelle donc aux députés nationaux et sénateurs les défis énormes et attentes de la population.

« Le processus électoral, la paix, la sécurité, la situation sociale, la justice et l’économie sont des grands sujets sur lesquels la population congolaise toute entière attend des signaux positifs et courageux de la part de ses élus, appelés à doter le pays des textes essentiels qui répondent à ses aspirations profondes », indique le communiqué. Ainsi, le CCNSC-RDC attend des parlementaires, primo, une concentration maximale aux travaux parlementaires et une attention particulière sur les intérêts supérieurs de la Nation et le bonheur de la population.

Secundo, la révision urgente de la Loi électorale et le traitement urgent de toutes les questions liées aux élections « afin de permettre à la CENI d’organiser les élections dans le délai constitutionnel, la transparence et la confiance et qui tiennent compte de l’inclusivité de toutes les filles et fils de la République démocratique du Congo, qui promeuvent la participation des femmes et des jeunes et évitent la prise en otage de la scène politique par des familles puissantes ».

Tercio, le CCNSC-RDC attend le rejet de toute initiative tendant à exclure des filles et fils du pays de la jouissance de leurs droits de voter et de se faire voter à tous les niveaux. Quarto, le refus de toute forme de corruption.

Quinto, l’examen et l’adoption urgents des lois sur la couverture santé universelle, le renforcement de la justice, l’entreprenariat, la protection des défenseurs des droits humains, des lanceurs d’alerte et des activistes de la Société civile. Sexto, l’adoption des lois pour promouvoir la Rumba congolaise, le tourisme équitable, la formalisation du secteur informel, l’accès de tous à la terre, etc.

En septième lieu, la société civile attend des députés nationaux et sénateurs, le renforcement du contrôle parlementaire de l’action gouvernementale et de l’état de mise en application des différentes Lois votées et promulguées. Comme la Loi agricole, la Loi sur la mutualité, le Code minier, la Loi sur la parité, etc. Et huitièmement, l’adoption des mesures pouvant permettre d’associer de manière structurelle la Société civile à l’évaluation de l’État de siège et au pilotage du Programme de développement des 145 territoires ainsi que pour le PDDRCS.

En dernier lieu, le CCNSC-RDC attend des deux chambres du Parlement de la République, l’accompagnement de la Société civile pour la réalisation de ses initiatives pour la Paix en Ituri, au Sud-Kivu, au Nord-Kivu, au Tanganyika, au Haut-Katanga et partout où le besoin s’en fait sentir.

« Le CCNSC-RDC se tient prêt à mobiliser les actrices et acteurs de la Société civile pour une meilleure collaboration avec les deux Chambres du Parlement », conclu ce communiqué du CCNSC-RDC signé par son coordonnateur national, M. Danny Singoma.

(Visited 2 times, 1 visits today)

Leave A Comment